La bibliothèque de Storia Mundi

Chaque mois nous vous proposons un nouvel article en lien avec nos conférences.


Les guerres barbares et la chute de l’Empire romain

par Laurent Lanfranchi

Il y a près de 1 600 ans, dans la nuit du 31 décembre 406 ap. J.C., des hordes d’Alamans de Vandales et de Suèves franchissaient le Rhin gelé. Entraînés par des chefs aux noms de bêtes fauves, les sauvages guerriers germaniques eurent tôt fait d’exterminer les maigres garnisons romaines qui grelottaient dans les forts du limes. Les Grandes Invasions venaient de commencer. Trois ans plus tard, en contemplant les décombres fumants de Rome, on aurait pu dire avec l’enfant grec de Victor Hugo : « tout est ruine et deuil »…

Un artiste et son temps : Simone Martini et le premier XIVe siècle

par Marie Pottecher

On a parfois dit que les périodes de mutation étaient propices à l’émergence de nouvelles tendances artistiques. C’est en tout cas, ce que tendrait à faire penser l’étude de l’Italie du Trecento (c’est à dire le XIVe siècle) et des primitifs italiens, parmi lesquels Simone Martini occupe une place de première importance. 

Dès le XIIIe siècle en effet, l’Italie connaît un certain nombre de mutations politiques, économiques et sociales qui favorisèrent un renouvellement artistique sans précédent. Deux grandes cités, alors rivales, incarnent ce puissant renouveau : Florence où œuvrait l’illustre Giotto, véritable père de la peinture italienne moderne, la Sienne de Duccio et de Simone Martini. 

Albrecht Dürer et la Renaissance germanique

par Anne Vuillemard-Jenn

Véritable initiateur de la Renaissance germanique, Albrecht Dürer fut à la fois dessinateur, graveur, peintre et théoricien. Pour la première fois en Allemagne, un homme sortait de l’anonymat presque complet de l’artiste médiéval par ses écrits mais aussi, conscient de sa valeur, à travers la date et la signature bien visibles qu’il inscrivait sur ses oeuvres. On conserve sa chronique familiale donnant un aperçu de ses origines, un journal relatant son voyage aux Pays Bas, un fragment de carnet intime et des bribes de sa correspondance. En outre, plusieurs ouvrages théoriques nous éclairent sur ses préoccupations profondes.

Grunewald, le maître de l'Oberrhein

par Anne Vuillemard-Jenn

A l’inverse de Dürer, la vie de cet artiste est entourée de mystère et même son nom a été l’objet de vives discussions. Si la date de naissance et de mort des grands artistes de ce temps est généralement bien connue, concernant Maître Mathis, dit Grünewald, on ne peut qu’avancer une naissance entre 1470 et 1480 et un décès entre 1528 et 1532...

Gustav Klimt, La Frise Beethoven, Pavillon de la Sécession, 1902

par Marie Pottecher

Exception faite des Vénus botticceliennes, des putti de Raphaël, ou des fillettes de Renoir, rares sont les figures peintes qui connaissent aujourd’hui une diffusion aussi large et un aussi large détournement que les personnages féminins de Gustav Klimt.

les musées : de la collection au lieu de culture

par Marie Pottecher

Les musées font aujourd’hui partie intégrante de notre société comme en témoigne l’événement que fut au printemps dernier, l’inauguration du Musée National des Arts Premiers au quai Branly à Paris. Leur mise au service d’une certaine politique culturelle qui peut flirter, parfois, avec les relations diplomatiques ou avec le marketing culturel, pourrait faire oublier combien les musées sont emblématiques de notre histoire, de notre relation avec le sacré, de notre vision du monde.

Nos conférences sont accessibles sur ordinateur, sur tablette et sur smartphone