LA THRACE ANTIQUE - PARTIE I

Il suffit de regarder la tête en bronze attribuée au roi thrace Seuthes III, chef d’œuvre de l’antiquité, son regard perçant, sa force majestueuse qui a traversé le temps. Il suffit de contempler les parures, les armures, les vases en or et en argent, toute la splendeur originale de l’art thrace pour comprendre l’admiration d’Homer qui témoigne dans l’Illiade de ce peuple, allié aux troyens : « Les Thraces récemment arrivées sont à l’extrémité du camp, et leur roi Rhesos Eonide est avec eux. J’ai vu ses grands et magnifiques chevaux, ils sont plus blancs que la neige et semblables aux vents quand ils courent. Et j’ai vu son char, orné d’or et d’argent et ses armures d’or, admirables aux yeux et qui conviennent moins à des hommes mortels, qu’aux Dieux qui vivent toujours. » Les Thraces sont un ancien peuple indo-européen qui créa une civilisation étonnante qui s’est développée au cours du premier millénaire av. J.-C. dans le sud-est de l’Europe et le nord-ouest de l’Asie Mineure. En contraste avec les cités grecques et leur gouvernement plus ou moins démocratique, les Thrace créèrent des royaumes tribaux et supra-tribaux avec des forteresses et des temples dans les montagnes, des rois prêtres et une aristocratie montée à cheval, dont la langue, les croyances et la vie spirituelle ont laissé des vestiges et des traditions vivantes surtout en l’actuelle Bulgarie. La civilisation thrace est une alternative aux cultures hellénique et hellénistique. Elle nous attire avec ses inestimables trésors en or et en argent, avec les fresques somptueuses sur les murs des tombeaux cachées sous des tumulus, avec le souvenir des rites étranges qui reliaient l’homme au cosmos et à la nature et qui nous transmettent une croyance inébranlable en l’immortalité.

Qui sont les Thraces ? Les universités bulgares ont consacré une discipline entièrement vouée à l’étude de cette civilisation énigmatique : « la thracologie », tant elle est complexe et méconnue. Pour l’approcher, vous remonterez loin dans l’histoire de l’humanité avec le Pr thracologue Peter Delev, pour parcourir la naissance de la Thrace antique et son développement jusqu’au IVe s. av. J.-C., avec l’évolution d’une société primitive avec une organisation tribale à une stade bien avancée marquée par l’apparition des vrais états monarchiques, une évolution marquée aussi par les trouvailles archéologiques qui vont des structures mégalithiques du premier Âge du fer aux tombeaux tumulaires d’une architecture complexe et au trésors raffinés en or et en argent. Cette première conférence sera avant tout dédiée à la Thrace archaïque et classique en relevant les problèmes des sources écrites, des données Homériques et mythologiques qui arborent les idées que les Grecs se faisaient de ses voisins du nord. De nombreuses colonies grecques étaient installées sur les côtes de la Thrace au cours de l’âge archaïque, elles donnèrent un nouvel aspect au pays, marquant profondément son développement ultérieur économique, social et culturel. La brève invasion perse à la fin du VIe et au commencement du Ve s. av. J.-C. provoqua en réaction la création du grand Royaume Odryse, le phénomène le plus remarquable de l’évolution politique dans les terres thraces à l’âge classique qui suivit. Les Odryses s’emparèrent de la plus grande partie de la Thrace, toutefois de nombreuses tribus restèrent en dehors de leur puissance. Les travaux des auteurs classiques tels que Hérodote, Thucydide et Xénophon sont une source d’information sur la Thrace de cet âge, complétée par les trouvailles archéologiques et nos connaissances aujourd’hui qui mettent en évidence surtout la splendeur de la riche aristocratie thrace, Odryse aussi bien que tribale.

Les dates à retenir :

3300 – 1150 av. J.-C. (environs) : l’Âge du bronze balkanique.

1150 – 500 av. J.-C. (environs) : le Premier Âge du fer.

VIIIe – VIe s. av. J.-C. : la colonisation grecque.

fin du VIe – premier quart du Ve s. av. J.-C. : agression perse aux Balkans et formation du Royaume Odryse.

465 av. J.-C. : 10 000 colons athéniens sont anéantis par les Thraces Édones au Bas Strymon.

env. 450 – 424 av. J.-C. : règne de Sitalcès.

437 av. J.-C. : fondation d’Amphipolis.

429 av. J.-C. : campagne de Sitalcès en Macédoine et en Chalcidique.

l’hiver de 400/399 av. J.-C. : Xenophon et les restes des 10 000 au service de Seuthes II en Thrace.

383 – 360 av. J.-C. : règne de Cotys Ier.

342 – 340 av. J.-C. : dernière guerre de Philippe II contre Kersobleptès fils de Cotys, la fin du Royaume Odryse.

MARDI 29 JUIN

A 10H

Votre conférencier

Peter Delev est ancien professeur d’histoire ancienne de l’Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia. Dans sa longue carrière universitaire il a donné des cours d’histoire ancienne générale ainsi que des cours spécialisés sur l’histoire grecque, hellénistique, romaine, thrace et macédonienne, sur les sources de l’histoire antique, sur la civilisation créto-mycénienne, la colonisation grecque, les tribus thraces, etc. Il est passé par différents postes universitaires électives (directeur du Département d’histoire ancienne, de thracologie et d’histoire médiévale, doyen de la Faculté d’histoire, président de l’Assemblée générale de l’Université). Son domaine de recherche joint l’histoire et l’archéologie de la Thrace ancienne.

À lire pour aller plus loin :

Felix Cary. Histoire des rois de Thrace et de ceux du Bosphore Cimmérien éclaircie par les médailles. Paris, Desaint et Saillant, 1752.

Gawril Kazarow. Beiträge zur Kulturgeschichte der Thraker. Sarajevo, J. Studnička & Co, 1916 (Zur Kunde der Balkanhalbinsel, II. Quellen und Forschungen, Heft 5).

Valeria Fol, Orpheus, the Thracian, Sofia, Tangra TanNakRa LTD, 2008.

Zosia H. Archibald. The Odrysian Kingdom of Thrace. Orpheus Unmasked. Oxford, Clarendon Press, 1998.

Julia Valeva, Emil Nankov, and Denver Graninger (eds.). A Companion to Ancient Thrace. Wiley Blackwell, 2015.

Jean-Luc Martinez, Alexandre Baralis, Néguine Mathieux, Totko Stoyanov et Milena Tonkova (éd.). L’Épopée des rois thraces, des guerres médiques aux invasions celtes 479-278 av. J.-C. Découvertes archéologiques en Bulgarie. Paris, Musée du Louvre/Somogy éditions d’art, 2015.